De l’ambition pour la réforme des lycées

16 décembre 2008

Réforme du lycée : un essai bloqué.

Filed under: Texte de l'appel — admin1 @ 08:18
Tags: ,

Xavier Darcos vient de rendre publique la maquette de la future classe de seconde. Elle nous paraît très éloignée des déclarations d’intention initiales du ministre précisées dans la lettre de mission à Jean-Paul de Gaudemar ou dans le document signé entre le ministre et plusieurs organisations syndicales sur les « points de convergence sur les objectifs et principes directeurs de la réforme ». La mission de Jean Paul de Gaudemar ouvrait, à nos yeux, des perspectives très positives pour que le lycée soit plus démocratique et prépare mieux à l’enseignement supérieur : elle prônait davantage de souplesse dans les parcours d’études, dans l’organisation de l’année scolaire, dans la répartition des activités des élèves, dans l’architecture de la classe de seconde, pour favoriser des choix d’orientation plus lucides , pour éviter les redoublements ; ces propositions impliquaient un suivi rigoureux des élèves, la mise en place de nouvelles modalités d’évaluation, y compris en ce qui concerne le baccalauréat, elles nécessitaient une mise à jour des programmes, une clarification des compétences attendues des élèves ; elles impliquaient une évolution des pratiques et une redéfinition du métier et du service enseignant ; elles rendaient nécessaires l’autonomie des établissements et leur accompagnement. Bref, elles promettaient, dans la lignée des rapports précédents sur le lycée, de former des citoyens actifs et ouverts.

Les objectifs qui étaient assignés à la réforme nous semblent hors de portée si elle reste en l’état. La précipitation avec laquelle elle est conduite génère déjà de l’inquiétude pour les élèves de troisième et leurs familles. Les modalités précises et concrètes de mise en œuvre engageront durablement le sens du futur lycée d’enseignement général et technologique, d’autant qu’elle se fait dans un contexte de réduction des postes d’enseignants.

C’est pourquoi nos organisations lancent un appel aux syndicats, associations de parents d’élèves, mouvements pédagogiques et d’éducation, associations complémentaires de l’enseignement public, chercheurs pour s’inscrire rapidement dans une démarche collective pour définir les axes d’une réforme alternative du lycée, en articulation avec les autres secteurs de l’Ecole, notamment l’enseignement professionnel et le collège, mais aussi l’enseignement supérieur, prenant en compte le socle commun de connaissances et de compétences. Nous ferons des propositions sur les modalités de l’évaluation terminale (le baccalauréat), la part faite aux épreuves terminales et l’introduction des unités capitalisables, la définition des compétences évaluées, l’aspect interdisciplinaire et la démarche de projet assurés actuellement par les Travaux Personnels Encadrés. Ainsi, nous exercerons une fonction de veille sur la réforme à venir du lycée et pourrons peser collectivement sur elle.
Dans l’immédiat, que nous commande le calendrier arrêté par le Président de la République et le ministre de l’Education nationale, deux points majeurs de la nouvelle maquette de seconde doivent être éclaircis :

  • La nécessaire clarification des finalités des « modules d’exploration et d’approfondissement » et des règles qui en régiront le choix par les élèves. Il s’agit pour nous d’en garantir le caractère « exploratoire » et d’éviter ainsi qu’ils soient détournés en modules de présélection. les modalités de l’accompagnement personnalisé en seconde, dont les objectifs, les contenus et les modalités de mise en œuvre ne doivent pas aboutir à une externalisation de l’activité. Trois aspects nous semblent inséparables :
  • La place de l’accompagnement dans le parcours de l’élève. Pensé sur la durée de la scolarité du lycée, il s’appuie sur l’implication personnelle du jeune. Il associe tous les acteurs qui y concourent, y compris les parents d’élèves et les collectivités territoriales. Il peut s’appuyer sur l’expérience acquise par d’autres champs professionnels en matière d’accompagnement des publics et des jeunes, sans que ses objectifs spécifiques soient dénaturés ni réduits à du soutien scolaire ou à l’offre existante dans l’établissement ou son environnement proche.
  • La place de l’accompagnement dans le projet d’établissement. Dimension obligatoire du projet, cela devrait être un élément de pilotage interne à l’établissement et de mobilisation de la communauté éducative. Cela nécessite un réel accompagnement des équipes enseignantes.
  • La place de l’accompagnement dans le métier d’enseignant. Les enseignants qui sont en responsabilité quotidienne des élèves doivent avoir une part majoritaire dans cet accompagnement, qui ne doit pas être détourné à d’autres fins (compléments de cours). Cela doit faire partie de leur formation initiale et continue.

Le lycée d’enseignement général et technologique a besoin d’une réforme d’ampleur pour atteindre les objectifs de 50% de diplômés au niveau de la licence, comme le demande un des indicateurs de référence de l’Union Européenne. Si l’on s’en tient aux objectifs quantitatifs, il nous paraît tout aussi important de ne pas perdre de vue d’autres indicateurs pour le système éducatif : 100% d’une classe d’âge sortant de la formation initiale obligatoire avec une qualification et ayant acquis les compétences du socle commun, 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. Il nous paraît tout aussi essentiel d’assigner des objectifs qualitatifs : former des citoyens libres et responsables, prêts à apprendre et à se former tout au long de la vie.

Quels que soient les objectifs, une réforme d’ampleur demande du temps pour la concertation et l’expérimentation. Sinon, elle ne fait que générer de l’inquiétude, du repli sur soi et alimente le marché de l’angoisse scolaire, déjà largement développé dans notre pays.

Seule une réforme mettant en cohérence structure modulaire, contenus d’enseignement, accompagnement des élèves, développement de l’autonomie, formation et service des enseignants peut permettre au service public d’éducation d’atteindre les objectifs qui lui sont assignés. Les organisations signataires n’accepteront pas que les élèves aujourd’hui en classe de troisième servent de cobayes à une réforme précipitée.

Organisations signataires le 6 novembre 2008 : Crap-Cahiers Pédagogiques, Education&Devenir, Fédération des Conseils de Parents d’Elèves, Ligue de l’enseignement.

Publicités

7 commentaires »

  1. Je crois qu’on va aller très loin avec ces neuf propositions. Encore une fois on milite pour que les lycéens et les lycées ne soient pas soumis à la concurrence. Alors que la concurrence est le seul moyen de créer de l’excellence. Encore une fois on veut de l’égalité, sans comprendre que cela conduit à la régression. D’ailleurs la compétition devrait également avoir sa place parmi les enseignants. Peut être cela motiverait une partie d’entre eux à faire leur travail. En enfin, quand on dit que l’accompagnement de l’élève au niveau de son parcours personnel, fait parti des devoirs de l’enseignant, j’espère que cela n’a rien à voir avec son orientation professionnelle. Parce que là, on sait bien que les profs sont les pires conseillers d’orientation qu’il puisse exister (avec les conseillers d’orientation eux même).

    Tout ça me révolte !!!

    Bonne journée à tous.

    Mateo.

    Commentaire par Mateo — 16 janvier 2009 @ 10:34

  2. Bonjour,

    C’est avec plaisir que je constate que les mesures proposées par Xavier Darcos vous séduisent également, puisque vous les reprenez. La maquette présentée par le Ministre ne constituait pas la réforme, mais qu’un aperçu. Cette réforme aurait été connue précisément dans les semaines qui suivaient. Et tout ceci dans le calendrier initialement fixé et connu depuis les fameux consensus.

    Les organisations lycéennes approuvent l’idée des modules !!?? Très curieux, puisqu’elles les dénonçaient encore récemment ! Et maintenant vous proposez une réforme du Bac : encore très curieux, car le Ministre a du vous promettre de ne pas y toucher sous votre pression.

    Vous ne souhaitez que masquer votre opposition systématique, car nous savons tous que quelles que soient les mesures proposées ou l’ampleur de la concertation ouverte, au final vous vous opposerez quitte à vous déjuger par rapport aux consultations.

    Très cordialement
    Romain

    Commentaire par Romain Burgat — 16 janvier 2009 @ 19:39

  3. Mateo croit à la compétition, à la concurrence. Estime-t-il que la coopération, ou le souci de se dépasser soi-même (l' »auto-concurrence ») ne sont pas tout aussi efficaces?
    Sa révolte m’est sympathique, par principe, mais je la crois mal …orientée!
    Bonne soirée à tous,
    akribik.
    PS: ne voyez pas dans mes propos le moindre esprit de corps, je crois bien qu’en effet, issus du système, les personnels de l’Education nationale, ne savent pas aider les élèves à en sortir par le haut.

    Commentaire par akribik — 16 janvier 2009 @ 20:05

  4. Toutes ces propositions doivent s’intégrer dans une année divisée en deux semestres de 22 semaines environ. Une année est trop longue lorsque des difficultés apparaissent.

    Commentaire par Marchand alain — 17 janvier 2009 @ 04:15

  5. Tout a fait d’accord avec Matéo à tous les niveaux. Avant toute chose, l’égalité n’existe pas et il ne faut pas courir après cela. Demandons tout simplement une formation réelle, honnête et de base; Commençons par établir une évaluation de certains profs qui sont la honte de l’éducation nationale et qui favorisent le déclinc du niveau des élèves. Et ne parlons pas d’orientation !!!! Ces indivdus incapables de voir plus loin que leur bulle, sont nuls quand on leur demande de prendre en considération l’individu en tant que tel. C’est à se demander s’ils ne sont pas commissionnés pour chaque évacuation du circuit d’un élève en difficulté. Le problème c’est qu’en France nous n’avons toujours pas compris le B. A. BA de l’enseignement alors que cela serait si simple et si efficace. Il faut toujours chercher compliqué et se noyer dans des réformes qui n’apportent jamais rien. Si l’EN était gérée comme une entreprise privée (avec analyse de ses dépenses et des objectifs précis à atteindre), elle serait en faillite. Heureusement que certains parents concernés comme moi, investissent toute leur énergie dans la réussite et le bien être de leurs enfants

    Commentaire par DAUMAS — 17 janvier 2009 @ 10:28

  6. A tous les penseurs, il faut comprendre que si vous avez le loisir de débattre sur le site ou ailleurs de cette réforme c’est parce que le combat syndical et la pression des lycéens ont permis que la réforme soit repoussée et discutée.Des actions de mobilisation, des grèves, des a;g , des tracts, des conférences, des réunions ont crée un rapport favorable à la résistance aux idées dangereuses de Darcos. La réforme n’est pas abrogée attention. Je ne dit pas que sur le fond les 9 propositions ne sontpas intéressantes, je dis recadrer dans le contexte de lutte avec toute l’humilité qui vous viendreait à manquer chers penseurs.Le 29 suite de la lutte sous une forme encore plus collective.

    Commentaire par dédé — 26 janvier 2009 @ 15:39

  7. @ Dédé (et d’autres…)
    « à tous les penseurs… » dites vous… Peut-être ai-je l’esprit mal tourné, mais j’ai l’impression que ce mot est péjoratif dans votre interpellation…? C’est quand même assez curieux de la part d’un collègue (je suppose que c’est le cas) de considérer qu’il faudrait s’empêcher de penser !
    Par ailleurs, pourquoi faudrait-il avoir une pensée binaire et opposer l’action et la réflexion ? Je rappelle que la quasi-totalité des organisations qui composent ce collectif font aussi partie de celui qui a appelé à la manifestation du 19 octobre et à la grève du 20 novembre. On peut être dans l’action et en même temps vouloir malgré tout que les choses changent. J’ai lu à plusieurs reprises dans les tracts ou les banderoles « une réforme oui, mais pas celle là, pas comme ça… ».
    L’association que je préside avait en février 2007 donné pour titre à ses assises de la pédagogie « Résister et proposer ». Cette double exigence est plus que jamais d’actualité.

    Commentaire par Philippe Watrelot — 28 janvier 2009 @ 21:08


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :